« 4 – Lettre du Management »

Imprévu vaut mieux que deux tu l’auras

24 avril 2010

 

Construire_la_stratégie_de_la_roulette_russe

 

« – Et vous comment prospérez-vous dans l’imprévu ?

– Nous avons une stratégie !

– En quoi consiste-t-elle ?

– Secret défense !

– Ah bon ! »

Avoir la même stratégie que ses concurrents, ce n’est pas avoir de stratégie. C’est imiter ses concurrents.Par définition la stratégie fait appel à l’anticipation. Or en période d’incertitude les repères sont brouillés car l’environnement est instable, perturbé et perturbant.

Il y a ceux qui sentent la pluie et ceux qui se contentent d’être mouillés.

Pour certains, la stratégie consiste à attendre que le mauvais temps passe dans l’espoir d’un avenir plus clément. Pourtant quand le sol s’effondre sous nos pieds, la meilleure stratégie est de se bouger rapidement. D’autre part, l’histoire nous indique que de grandes entreprises (Rockefeller, Hewlett Packard, Fedex) sont nées en temps de crise, c’est-à-dire dans un environnement incertain. La période de crise serait-elle donc aussi un bon moment pour risquer des ouvertures quand les incertitudes chancellent ou que les acquis se dispersent ? Lire la suite de l’article…

Un développement record et « bon marché » !

16 avril 2010

 

Le bon marché

En introduisant la théorie de Maslow (1) dans son entreprise, Chip Conley (2) réalise la perspective de son aspiration et poursuit ainsi l’œuvre commencée par Maslow. Ainsi en 2001, fort de ses études suivies à Standford, Chip Conley a reconstruit et adapté la pyramide de Maslow à ses collaborateurs, ses clients et ses investisseurs. La « simple » pyramide de Maslow est ainsi parée de ses trois dimensions chez JDV.

En 2007, dans son livre « Peak »(pic, record), Chip Conley explique en quoi l’entreprise moderne est une manufacture de peurs néfaste aux relations interpersonnelles constructives. En appliquant deux fondations de l’andragogie(3), donner du sens et comprendre, Chip Conley développe des équipes gagnantes et, anticipant les demandes de ses clients, il les fidélise. Depuis la création de JDV, Chip Conley multiplie par 6 les effectifs de ses structures et par 3 l’amplitude de son chiffre d’affaires. Le turn-over de 75% habituellement constaté dans l’industrie hôtelière est mis à profit par Chip Conley par la fidélisation de ses collaborateurs à 75%.

Avec ses 17 restaurants, 37 hôtels et plus de 3000 salariés, Chip Conley est récompensé de ses efforts par plusieurs prix d’excellence en Californie et pour la plus grande satisfaction de ses investisseurs, dernière dimension de son adaptation de la pyramide de Maslow.

En France, le sondage réalisé en octobre 2009 par TNS Sofres pour le cabinet Altedia (4) fait apparaître, aux yeux des Français, une forte dégradation de l’image de l’entreprise. Il semble que cette dégradation se manifeste depuis le début des années 1990 dans l’indifférence du grand patronat.

Sur 1005 personnes interrogées dans les grandes organisations.
58 % des salariés interrogés n’ont pas confiance dans les dirigeants de leur entreprise ou de leur administration.
Lire la suite de l’article…

2010, c’est divin pour une année de créativité pédagogique. Ca vous dit ?

9 mars 2010

 

Homme de Vitruve de Leonardo da Vinci

2010, c’est divin pour une année de créativité pédagogique. ça vous dit ?

 

Dans notre monde concurrentiel, les sollicitations se multiplient et partout la productivité impose « de faire plus avec moins », de faire du beurre avec de l’eau, même quand il n’y a pas d’eau.

 

Les actifs et débordés ont tendance à accélérer leur rythme et mènent cent tâches de front. Les préoccupés du travail bien fait et de la maîtrise des choses ralentissent et n’arrivent plus à décider ou à arbitrer. Dans les entreprises, le ton monte, Lire la suite de l’article…

2010, quoi de neuf ?

17 février 2010

Boussole et son inclinomètre

 

Quoi de neuf pour 2010, du passé, du pas assez ? :

Ca y est ! Après le beaujolais sur lequel cette année nous n’avons pas eu beaucoup de communication, la crise nouvelle arrivée est installée. Une bonne crise pour remettre un peu d’ordre ! La bonne dernière datait des années 30. J’entends quelques anciens avancer : « Une bonne guerre, ça remet les valeurs et les gens à leur place ! »
J’observe dans certaines entreprises, une demande d’attention et d’économie de la part de chacun. 
Bonne idée….
Le directeur du centre de profit de cette grande entreprise internationale demande à ses collaborateurs d’économiser le papier utilisé… Lire la suite de l’article…

Sujet sans cible…

26 février 2008

1° – Cour de cassation, chambre sociale du 23 octobre 2007. N° de pourvoi 06-40.950
2° – Cour de cassation, chambre sociale du 5 décembre 2007. N° de pourvoi : 06-42904. 

1° – Deux salariées d’une ancienneté de 12 ans et 24 ans dans la même entreprise, employées à des postes administratifs et licenciées pour suppression de poste, n’avaient suivi qu’un stage de formation de 3 jours pendant toute cette période.
Ces deux salariées ont demandé des dommages et intérêts pour violation de l’obligation de formation.


Pour prendre sa décision et condamner l’employeur à indemniser les salariées, la Cour s’est simplement fondée sur l’obligation d’assurer l’adaptation des salariés à l’évolution de leur emploi. La cour a aussi jugée que l’ effort d’adaptation et de reclassement (3 jours de formation sur une carrière) était manifestement insuffisant.
 

Question : l’employeur a-t-il l’obligation de former les salariés, et, à défaut, peut-il être condamné à indemniser les salariés ?
Lire la suite de l’article…

Le bilan « qu’on forme » est-il sincère ?

5 février 2008

Bilan conforme et sincere

L’année 2007 s’est terminée. Cela offre souvent quelques thèmes de réflexion, en souvenir de l’année précédente et utiles pour l’année qui se présente. Avez-vous remarqué que Lire la suite de l’article…