Proxémique : loin des yeux ou près du nez

14 mars 2008

distance

Dans les contacts établis entre les individus, les premiers instants sont importants. 

Je ne vous parlerai pas de ce chef de projet qui a rendez-vous pour un entretien de recrutement à 18h30 et pour lequel il est reçu à 19h45 après avoir patienté dans la pénombre, voire le noir du couloir d’un bâtiment moderne. Est-ce un test de pugnacité et de résistance sophistiqué au premier contact avec cette grande entreprise du bâtiment et des travaux publics ?

Je vous parlerai simplement des travaux d’E. T. Hall, anthropologue américain qui a réalisé les premiers travaux approfondis concernant la distance de confort.

Nous savions que les animaux possédaient un territoire qu’ils défendent (lion d’Afrique : 50 km²).
Cependant, nous ignorions que l’homme possédait lui aussi un territoire.
Territoire : espace que chaque individu reconnaît comme sien, comme une sorte d’extension de son corps, comme une  » bulle  » dont notre corps serait le centre.
La distance de confort correspond donc à la distance avec laquelle nous nous sentons à l’aise pour converser avec notre interlocuteur.
Cet espace personnel délimité, dont la taille varie selon les personnes, est plus ou moins grande selon nos habitudes culturelles (Japonais, Australien, Occidental) et nos facteurs personnels.

E.T. Hall a établi, pour les américains, quatre types de distance :

intime : 0 à 45 cm : espace autorisé aux personnes très proches : affection, protection tous les sens sont impliqués regard, voix, contact…

personnelle : 45 cm à 1.20 m : à respecter en société, les interlocuteurs s’entendent, se voient bien, un contact de la main est possible,

sociale : 1.20 m à 3.50 m : pour deux personnes qui ne se connaissent pas ou peu. L’espace d’une table ou d’un bureau limite, interdit le contact physique, les voix sont plus pleines,

publique : plus de 3.50 m : face à un groupe ou un auditoire, la voix s’élève, l’articulation est plus soutenue, le geste prend du style, se stéréotype et la vision se voile.
Quand quelqu’un s’avance trop à l’intérieur de cette bulle et s’il n’est pas intime, il est perçu comme gênant. Il devient alors difficile de communiquer avec lui.Dans une situation de communication tendant au conflit, les personnes concernées empiètent dans l’espace de l’autre, comme pour avoir prise sur l’autre.

Si vous observez attentivement l’intervention de la « maréchaussée » pour un contrôle de papier par exemple, la distance est maintenue dans le face à face. Dans l’ascenseur ou dans le métro au fur et à mesure de l’entrée d’une personne, chacun se fait de plus en plus petit, comme pour éviter le contact avec le voisin ou préserver son espace personnel. Le regard se fait lointain, au plafond, au sol, dans une revue, bref, en évitement du contact oculaire avec les autres.

Savoir dire bonjour ! Vous avez peut-être déjà rencontré des personnes qui n’ont pas conscience de ces éléments et s‘exprimant à 25 cm de votre visage tout en vous broyant la main énergiquement, comme pour vous faire fléchir.

Ou encore cette personne qui respecte la distance de confort mais tout en vous prenant le bras, comme pour vous mener là où vous ne le souhaitez pas.

Voire encore cette personne qui entrant dans votre espace vous serre la main et vous attrape le poignet avec l’autre main.


Vous avez aussi la personne qui vous serre la main avec son trousseau de clé dans la main ou encore celle qui tend deux doigts.


Sans oublier la personne qui salue sans regarder son interlocuteur tout en questionnant « Vous allez bien ? », sans en attendre la réponse.

Donc, pour faciliter la communication avec son interlocuteur, il sera donc important de mettre en perspective l’espace juste et approprié et le respect du territoire de chacun.

Ma grand-mère disait : « On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne impression. »
Aujourd’hui, quelques entreprises renommées ont compris l’importance de ce premier contact et envoient en formation leurs cadres supérieurs pour leur apprendre à dire bonjour et à établir un contact de qualité.

PS : Information pour les fumeurs. La ténacité des odeurs de cigarettes influencera aussi la « bulle » de votre interlocuteur et la perception qu’il a de vous . L’aviez-vous ressenti ?

2 commentaires pour “Proxémique : loin des yeux ou près du nez”

  1. #1 JLIDI
    25 février 2010 à 10:43

    L’espace est un élément important générateur de vie et de mort; et il nous appartient tous quelque soit notre origine ou notre appartenance, d’apprendre ses modes de fonctionnement dans les établissements scolaires et de savoir bien l’exploiter dans le quotidien; alors qu’en peut-on apprendre à l’école?

  2. #2 JLIDI
    6 avril 2010 à 10:30

    Il semble que l’homme n’a su que pendant de rares périodes gérer l’espace à bon escient et c’est ce qui explique les guerres et les troubles qui éclatent ici et là malgré la clarté des causes justes/injustes…
    Pensons à la paix pour apaiser les esprits et réduire les tensions pour pouvoir apprécier l’espace et ce qui le meuble!

Ajouter un commentaire