Courage fuyons !

18 avril 2011

perspective de courage

 

Prenons le temps de regarder en perspective l’enquête d’Ifop Cadremploi.

72% des salariés ont l’espoir de trouver un nouveau poste et 38% recherchent un nouveau poste activement !

Avec la fuite des cerveaux à l’étranger, l’entreprise assistera-t-elle à la fuite des compétences ?

Il est de plus observé que les premières personnes à souhaiter partir de leur entreprise sont généralement les plus compétentes !

Qu’est-ce qui peut bien amener un salarié à vouloir trouver un nouveau poste ?

S’agit-il du souhait de voguer vers de nouvelles activités ou de s’éloigner des anciennes ?

. S’agit-il du souhait de se rapprocher d’une forme de management particulier et de s’en éloigner d’une autre ?

. S’agit-il du souhait de travailler sur des projets intéressants et d’arrêter de s’ennuyer ?

. S’agit-il du souhait de vouloir valoriser ses savoirs et d’arrêter d’être bête ?

. S’agit-il du souhait d’avoir une communication interpersonnelle qualitative et d’arrêter avec les malentendus ?

. S’agit-il du souhait de vouloir gagner plus d’argent  ou d’arrêter de perdre son temps ?

Les enquêtes réalisées auprès des commerciaux place l’intérêt du gain en 4ème position… derrière les projets, l’intérêt du travail, la nouveauté, l’engagement…

Edmund Phelps, Prix Nobel d’économie en 2006 et reconnu pour ses travaux sur la croissance économique, juge sévèrement la relation des Français au travail, à l’esprit d’entreprendre et au « dynamisme ».

Ainsi, il indique que travailler dans une entreprise « dynamique », ce n’est pas une mission impossible, est source d’une plus grande capacité à résoudre les problèmes parce que cette même entreprise est source d’une plus grande stimulation mentale.

Il poursuit en indiquant que les entrepreneurs qui innovent le font en considérant que c’est un moyen d’épanouissement, de réalisation de soi et il se questionne où est le mal pour ceux qui éprouvent le plaisir de gagner de l’argent.

De plus, un plus grand dynamisme dans le secteur économique est facteur de création d’emplois qui eux-mêmes sont plus stimulants et plus excitants.

Edmund Phelps indique aussi que les grandes sociétés, multinationales pour la plupart, sont généralement très bureaucratiques et donc très dé-responsabilisantes pour créer du dynamisme.

La boucle est bouclée.

Finalement, la matière humaine est assez simple à comprendre dans son fonctionnement : un besoin et sa satisfaction.

A votre disposition pour en parler !

Ajouter un commentaire